lundi 10 janvier 2011

SCIENCE PREMIERE > Thérapie

La science première invente l'entrée dans l'inconnu absolu. Sa méthode est l'anaklitos, torsion sur soi palpante (non réfléchissante) plaçant le soi en abîme. Ce faisant elle invente par correction à partir de l'inconnu et non à partir d'un connu accumulé. Elle n'avance qu'en se rectifiant. A la manière d'une thérapie homéopathique, elle détruit un mal par l'application d'un autre mal soignant. (1997)

FOLIE > Donation

Une pensée inventive scientifique suppose la réduction-donation, tandis que la folie se prive de tout travail de réduction et déforme la donation en affection brute. Le psychotique est possédé par l'absolu mais il n'invente rien en l'absolu ; il effectue d'emblée l'affect et réalise (étrangement) dans ce monde ce qui devrait régner dans l'immensité, simulant en extériorité la science première du monde de la vie. (1997)

MYSTIQUE > Analectique

L'introjection mystique ou emblématique n'est pas un trajet de dehors vers dedans mais une métaphorisation intégrale, un transport interne. Une pensée évidente qui refuse toute idéalisation est une pensée "en chair et en os" qui s'évide littéralement, à la fois de toute chair (faisant plein de pensée) et de toute pensée (faisant plein de chair). Sa structure est analectique et non plus réflexive, la pensée (de la chair) ne prend plus appui sur elle-même sinon en s'enfonçant plus avant comme chair (de pensée). L'analectique procédant par déboitements et mises en apposition (jamais opposition) permet d'avancer réellement en épaisseur, donc finalement en intraposition. Le retournement clinico-analectique ouvre sur un ordre de réel plus puissant, quoiqu'immanent et non transcendant à la manière des mystiques religieux. (1997)

ETERNEL RETOUR > Intuition

L'intuition de l'Eternel retour du même s'avère foudroyante et contraint Nietzsche au silence discursif, affectant ses ultimes tentatives d'effectuation théorique. Irruption par trop soudaine, tremblement profond à effet dévastateur. Il convient pourtant d'utiliser la force emblématique sans perte d'énergie, s'immerger en profondeur inventive sans se laisser submerger ni s'effondrer mentalement. (1997)