jeudi 21 mai 2009

ENDOCEPTION > Tact

Le tact est induction interne, en dehors des pseudo-différences entre objet (émetteur) et sujet (récepteur). Pour être comprise, l'induction endoceptive suppose que le contact soit désidéalisé en tact. Le plissement de l'onde tactile dépend d'une loi de voisinage humain rigoureuse, savoir que les hommes résistent à l'esthétique idéalisante et connaissent dans la mesure où ils co-naissent à la cinesthèse ascendantale, vrai moteur de l'humain. Il y a une continuité esthésique, où les lignes de tact se déplacent dans le géométral du fundus humain, en deça des différences "sujet-objet". Le plissement du tact n'est pas le pincement de la différence subjectivo-objective, il est clair que l'endoception n'obéit à aucune loi perceptive. (1990)

UNIFLEXION > Contact

Que répercute l'apparente dualité contenue dans l'expression "con-tact" ? Entre exoception et nociception, la donnée de première idéalisation est de l'ordre de l'unicité, qui répercute l'Un d'In. Donc les deux réflexions externes, exoception et nociception, suivent d'abord la loi d'une unique flexion, dite uniflexion. Cette idéalisation de premier ordre précède la conversion, laquelle n'est qu'une idéalisation de second ordre se nourrissant du contact entre "philosophie" et "grec". (1990)