jeudi 30 avril 2009

REDUCTION > Profondeur

Pour Merleau-Ponty, la "profondeur" désigne réellement la pensée qui travaille en insertion ou en immanence sauvage ; or la vérité profonde de la représentation de pensée est le réel de l'affection en tant que "vie". Merleau-Ponty refuse à bon escient la mise en suspens artificielle par épochè, mais il ne pense pas encore ensemble le réduisant et le réduit, la réduction vive et la profondeur, ce que permet le concept d'Aushebung (l'acte de s'ôter par creusement en profondeur). La pensée intrinsèquement affective fond en épaisseur, de telle sorte qu'exercer sur soi la réduction (se vider) revient à se donner (soi-même) comme produit de la réduction. L'incise ne s'opère pas sans combler du même geste : telle est la réduction vive.

L'intentionnalité est dépassée au regard de l'épaisseur de la pensée, laquelle est radicalement immanente. Pire : le "pensée-de" intentionnel dénie le "dans-la-pensée" immanent. L'identité de la réduction et de la donation ne saurait être seulement supposée ou approchée, elle structure la pensée en interne. Les métaphysiques ne connaissent que la méthode du passage à la limite, et procèdent par placements-déplacements des dimensions conceptuelles. Mais le réel insiste en instabilisant le plan de la métaphysique déniant par essence l'interne du réel.

Cette équivalence mystique de la réduction et de la donation en interne a été approchée par les différentialistes anti-hégéliens. Il est certain que l'écriture et la différance, par exemple, sont préstructurées par la préséance de l'interne, bien qu'elles le nient. On peut dire en ce sens que la déconstruction prend son sens véritable et son efficacité depuis l'europanalyse. (1999)