mardi 4 août 2009

CIVILISATION > Généanalyse

La civilisation invisible se meut en immanence, « furtivement » et indépendamment des stratégies mondaines mondialistes. Aucune transcendance religieuse dans ce réel de civilisation que l’on nomme europe, seulement un principe local d’écumène, ici et aussi bien partout.
Penser la civilisation suppose une démarche, certes zigzagante dans la nuit interne, mais assurée généalytiquement. Ayant suspendu et même destitué l’a priori perceptif (philosophique) de l’Idée d’Europe, le penseur européen analyse celle-ci depuis l’écumène (c’est ici que la rétroréférence est partie prenante de toute généanalyse), régressant et progressant d’un même mouvement. (2008)