lundi 1 décembre 2008

GEOMETRAL INTERNE > Homme

Dans l'à vif transitionnel humain, les lignes de fuites dimensionnelles et horizontales s'effondrent en lignes de perte dimensionales, sans fond ni horizon. La réalité humaine est infiltration pure où existence et sens rétrofèrent mutuellement puisque les lignes de perte s'effondrent simplement les unes sur les autres, n'assemblant ou ne dilapidant aucune substance. Demeure un réseau vif de disparitions nommé "géométral interne" : monument jamais présent comme tel, il se constitue plutôt comme ambiance humaine pure. Au contraire le culturel grec institue le monument comme présence constante, et d'abord présence de la philosophie comme sujet transcendantal. (1990)